top of page

Le tour du monde des quatrièmes trimestres - Episode 1; le Népal.

Mais comment font-elles ailleurs dans le monde? Comment vivent les expatriées leurs maternités loin de leurs traditions et leurs proches?

C'est la question à laquelle j'ai envie de répondre à travers ce format de mails mensuels! Découvrir la parentalité, les soins pour maman et bébé en postnatal, les rituels, voici ce que je vous propose dans un format court de lecture!

Aujourd'hui, nous décollons direction le Népal pour ce grand voyage! Bonne lecture :)

 




Après un voyage au cours de l'été 2015, Léa s'installe en 2016 à Damauli. De l'amour franco-népalais qu'elle vit avec Manjil, une grossesse débute fin 2018. Monsoon naîtra en juin 2019, après 9 mois relativement bons.

 

Claire : Tu as accouché à Katmandou en juin 2019. Avais-tu le choix en matière de lieu de naissance? Pourquoi Katmandou alors que tu habitais à l'époque dans une autre région du Népal?

Léa : Oui j’avais le choix! Les hôpitaux publics sont peu équipés, on accouche dans des dortoirs et les hommes ne sont pas admis. Pour les hôpitaux privés les prix varient entre 150 et 7000$, en fonction de l'accouchement (césarienne, voie basse), de l'installation (dortoirs, chambre individuelle), etc.

L’hôpital à Damauli n'était pas envisageable pour nous; il n'y a ni gynécologue, ni pédiatre et en cas d’urgence il faut aller à Pokhara.

(Pokhara est à une cinquantaine de kilomètres de Damauli et la route n'est pas linéaire et très utilisée!)


Claire : As-tu bénéficié d’une préparation à la parentalité? Pour l’après-accouchement? Ou tu as cherché des informations en solo?

Léa : Non il n'y a pas de préparation pour l'après-accouchement de prévu. Personnellement, je savais juste que je voulais allaiter. Au Népal on nourrit les mamans quatre fois par jour et on privilégie certains ingrédients pour favoriser l’allaitement.


Claire : Comment s'est passé l'accouchement et ton séjour à la maternité?

Léa : C'était un accouchement par césarienne non-programmée. Nous étions deux mamans à avoir accouché pendant mon séjour en tout donc les infirmières étaient aux petits soins pour nous, elles venaient pour chaque mise au sein. Par contre pas de douche chaude et pas d’intimité! La famille a débarqué dès le lendemain matin. Ils sont arrivés dès 9h (j’avais accouché à 21h la veille) et sont restés toute la journée. Même des gens que je ne connaissais pas sont venus. Tout le monde passe la journée dans notre chambre, chacun y va de son conseil et certaines te prennent les seins pour t’aider à allaiter!


Claire : Comment s’est passé le retour à la maison? As-tu bénéficié de soins? D’accompagnement professionnel ou familial? Existe-t-il des rituels?

Léa : Massage tous les jours! Une dame vient masser le nouveau-né et la maman pendant un mois, elle aide également au ménage et donne un bain. Nous c’était pas très concluant. Je le referais pas personnellement mais c’est très apprécié ici.

Aussi pendant cinq mois la maman n’est pas censé travailler à la maison : pas de cuisine, de vaisselle rien sinon ils disent que la fatigue se ressent en vieillissant.

 

Claire : As-tu eu un suivi gynécologique (ou autres professions de santé) après ton accouchement?

Léa : Non rien, pas de suivi gynécologique.


Claire : Comment se passe les premières années avec un enfant de manière générale au Népal? Présence des proches? Moyens de garde?

Léa : Les belles-mères sont très présentes au Népal, il faut être assez fort pour se faire entendre et ne pas les laisser imposer leurs idées. Par contre, ça rend la vie des parents bien plus aisée car pas besoin de baby-sitter. Pas de garderie donc les trois premières années il faut soit trouver une nounou, soit emmener l’enfant au travail ou le laisser aux grand-parents.

 

Claire : Je crois savoir que pendant votre mariage le 01/01/2020, vous avez inclus une cérémonie pour votre fille? Quelle est-elle?

Léa : Oui c'est la cérémonie du riz à cinq mois, date déterminée par les prêtres hindous, il faut que ce soit un jour qui ait une bonne vibe “auspicious day” (propice, de bonne augure). C’est la première bouchée de nourriture solide donnée par le mama (frère de la mère) pour les enfants. Avant ça ils ne boivent que du lait. Les invités donnent un peu d’argent et miment le fait de nourrir le bébé (une bouchée avec du miel dessus).

 

Monsoon a désormais fait son entrée à l'école. Après plusieurs voyages entre Damauli et Katmandou, la famille est aujourd'hui installée dans la capitale. Un grand merci à Léa pour cette première destination!

A bientôt pour de nouvelles aventures ;)

1 vue0 commentaire

Comments


bottom of page